Accueil > Architecture remarquable de Belmont 38690

Découvrez le patrimoine architectural de Belmont 38 avec sa maison forte du XIIe siècle, ses maisons dauphinoises typiques en pisé et son église centenaire.

 

Maison forte de Belmont

Inscrite aux Monuments Historiques depuis 1988, la maison forte de Belmont est l’un des monuments historiques majeurs de la commune. Rachetée en 1984 par un couple de passionnés, M. et Mme PINGET, cette maison fortifiée a retrouvé tout son lustre grâce aux travaux de restauration entrepris au fil des années.
Afin de vous faire découvrir l’architecture dauphinoise typique d’une maison forte mais aussi d’évoquer l’histoire des lieux, M. et Mme PINGET vous ouvre leur porte chaque année à l’occasion des journées du patrimoine (visite gratuite).

maison-forte-de-Belmont-38690

Une maison forte dauphinoise

Coiffée d’un toit à 4 pans de 12 m de haut, la maison forte en pierre de Belmont en impose et se voit de loin : avec sa forme carrée et ses murs de pierre de 10 m de haut, elle représente un bel exemple d’architecture dauphinoise typique.
Ce qui étonne au premier regard, c’est la hauteur et l’inclinaison très forte du toit recouvert de tuiles dauphinoises : au coeur des terres froides, cette forte inclinaison évitait que la neige s’accumule sur le toit. Une telle hauteur aurait également eu pour avantage de faciliter le stockage de denrées à l’intérieur sur la charpente en chêne datant du XVIè siècle.
On entre dans la demeure par une étonnante porte cloutée en chêne ayant conservée sa serrure d’origine datant du XVIè siècle. Un long couloir central recouvert de dalles en terre cuite ouvre sur un jardin à la française encadré par 2 ifs de 9 mètres de hauteur et vieux de 400 ans environ.

porte-cloutée-maison-forte-belmont-38690ifs-centenaires-maison-forte-Belmont
On monte à l’étage par un escalier droit vestige d’un ancien escalier à vis dont on peut voir les marches retournées. On accède au salon où il ne faut pas manquer de lever les yeux vers le plafond orné de motifs peints vers le fin du XVè siècle, probablement par des artistes italiens passant de maison en maison pour proposer leurs services.

boiserie-peinte-maison-forte-belmont-38690

Au fil des siècles

M et Mme Pinget vous font revivre l’histoire de cette maison forte grâce aux longues recherches qu’ils ont menées sur les occupants au fil des siècles.
Les premières maisons fortes ou maisons fortifiées apparaissent au XIIè siècle. Pas tout à fait château ni simple maison, ces édifices présentaient un système défensif leur permettant de résister plusieurs heures à des assaillants, d’où leur aspect massif.
La famille Bocsozel fit construire un premier édifice au XIIè siècle avant qu’elle ne soit décrite comme étant en ruine en 1545 selon des textes anciens.
La maison forte doit sa renaissance à la famille Vachon qui en fit l’acquisition en 1573 et la restaura. Elle resta dans cette famille jusqu’à la Révolution, les biens de la famille ayant alors été confisqués.
Il est resté le nom de maison Vachon pour désigner la maison forte en raison de l’importance de cette lignée dans l’histoire de Belmont : elle se compose de nombreux magistrats, dont son premier propriétaire, François II Vachon, seigneur de Belmont : avocat et et parlementaire, il fut Président du Parlement du Dauphiné à Grenoble.
La famille Vachon compta également un Prêtre Sulpicien Missionnaire en Nouvelle France ( Canada ) au XVIIème siècle, un Chevalier de Malte au XVIIIème siècle.
Le dernier propriétaire de la Maison-Forte était Lieutenant Général des Armées du Roi, et son fils, également officier, Colonel du 3ème Régiment des Gardes d’Honneur, fut tué au combat lors de la défense de Reims pendant la Campagne de France en 1814.
Cinq propriétaires se sont ensuite succédé dans la maison forte avant son rachat par la famille PINGET.

Maisons dauphinoises à Belmont

En vous promenant dans Belmont, vous pourrez observer des maisons typiques de l’architecture dauphinoise. Construite en pisé, du matériau en terre crue à base d’argile, la maison dauphinoise se reconnaît bien à son aspect très massif, de forme rectangulaire ou carrée coiffée d’un toit très pentu à 4 pans.
Le pisé, très utilisé dans les Terres Froides, était compacté puis coulé dans un banchage (on coule le pisé dans un coffrage en bois et on l’enlève quand le pisé est sec). On superpose plusieurs couches de pisé, ce qui explique ces lignes de niveaux qui apparaissent sur les façades. On applique ensuite un enduit de terre ou de chaux pour protéger les façades.
Sur certaines maisons en pisé, on observe l’ajout de galets sur le soubassement. Au-delà de l’aspect très esthétique, cet ajout permettait d’éviter les remontées d’humidité.

 

Eglise de Belmont 38690

Edifiée au début du XXè siècle des mains mêmes de ses habitants, l’église de Belmont en Isère se caractérise par sa belle hauteur qui en fait un repère visible de très loin dans la plaine de la Bièvre.

Eglisle-de-Belmont-38690